L’atelier un espace vivant...

   

» Automne 2008



Automne 2008

Rouleau à dess(e)in : série de dessins Mutation
Le papier blanc est déroulé à la verticale sur le mur de l’atelier.
Dessiner, c’est engager tout le corps debout, l’oeil, la main, le bras, les pensées, les émotions. Au centre, je pose un point : de départ ? de rupture ? de transition ? de silence ? d’arrivée ? d’équilibre ?
Sur un axe vertical, je déroule le trait qui s’érige ou s’enfouit, s’ébauche ou s’affirme.
D’instinct, le geste jaillit, se déploie, s’accélère et s’amplifie : c’est l’élan premier.
La vitesse devient jubilatoire, le crayon est libre sur la surface blanche, il trouve de
lui-même sa place, son tracé, son rythme. Oubli de l’instant, du vouloir.
La répétition du geste fait naître le volume, la profondeur, la profusion, la multitude
l’intensité des noirs, les nuances de gris. La variation d’un geste esquissé, à peine
décalé, m’entraîne, par extension, à la limite du papier.
Je trace des lignes aléatoires ou maîtrisées qui s’enroulent et se déroulent par
alternance. Equilibre instable d’une forme qui émerge à chaque coup de crayon et se
cherche en perpétuelle mutation.
Le doute s’installe. Avec la gomme comme outil, j’efface, j’estompe, j’effleure à
contre-courant. L’harmonie est là. Ne rien ajouter, ne rien enlever.
Danièle Orcier
Notes d’atelier
Octobre 2008
* Cliquez dans une image pour visionner en mode diaporama











Accès privé | Plan du site